08 décembre 2010

Tournée(s)

 

livre_une_elissalde_1

 

Bon.

Je parie que vous vous disiez « il va se défiler, il va pas venir poster un billet après ça ». Loupé. Car j'ai décidé d'être offensif. Dans ma communication, par sur le terrain, rassurez vous. Pour moi, la tournée d'automne laisse place à une tournée médiatique. Et comme mes joueurs avant d'entrer sur le terrain, je sais que ça va être dur, je sais que ça va faire mal et je sais que je vais passer pour un con... Mais j'y vais quand même. J'encaisse les coups, je reste droit dans mes bottes, digne. Bon ça par contre, les joueurs ils connaissent pas. On est quand même la seule équipe du monde qui se suicide systématiquement après avoir pris deux essais. Les Argentins, même quand ils jouent l'Uruguay ils arrivent pas à leur mettre 40 pions... Contre nous ils ont réussi deux fois. Une vraie bande de dépressifs. En regardant autour de moi, j'ai remarqué que les équipes qui avaient à leurs têtes un coach dépressif avaient souvent de bons résultats, comme Toulouse ou les All Blacks. Mais l'inverse, ça ne marche pas. Peut être que je suis trop joyeux. Peut être que je devrais arrêter les sourires en coin et tirer une gueule de trois mètres. Remarquez vu les branlées qui nous attendent, j'aurais pas à me forcer.

Revenons à ma tournée médiatique. J'ai voulu commencer par quelque chose de léger, un adversaire de mise en jambes comme les Fidji. Donc j'ai choisi une émission aux décors cheap, regardée par 16 personnes en comptant celles sur le plateau, avec des chroniqueurs insignifiants. Vous avez tous reconnu Stade 2. Pourtant ce jour là, Matthieu Lartot, le mec qui crie « Penalty !» quand un joueur se prend une cuillère dans les 22 mètres, avait décidé d'être agressif. Il m'a attaqué sur mes choix, m'a parlé des toulousains. Ça m'a énervé et je me suis cassé au milieu de l'émission. J'ai revu ma prestation à la vidéo, j'ai été mauvais. Trop sur la défensive, pas assez endurant – le mimétisme avec mon équipe poussé à fond. Comme quoi, on a beau pas se comprendre, on se ressemble pas mal les garçons et moi.

Ensuite je suis allé aux Spécialistes. Ca contrarie toujours de se faire défoncer par des journalistes, parce qu'il y connaissent rien. Contre des anciens rugbymen, et ben ça contrarie aussi parce qu'au final on se dit qu'ils auraient été à ta place, ils auraient été capables de faire mieux ces cons...
Heureusement la plupart ont été sympa avec moi. Faut dire que j'ai joué avec eux en Équipe de France, je les ai vu à poil et je pouvais balancer des saloperies au besoin, alors ils sont restés prudents. Seul Jean-Pierre Elissalde m'a chargé. Et là je me suis senti vraiment seul. Mes joueurs eux, se font marcher dessus par des grands blonds aux yeux bleus taillés comme des dieux grecs, moi c'est un petit papy sous amphé qui me met ma race. Il l'aura cherché ce con, cette fois c'est sûr, Jean Baptiste reviendra jamais en Équipe de France. Pourtant j'ai vu sa prestation lors du match Barbarians – Tonga, honnêtement je l'aurai mis face aux Wallabies, il aurait pas été pire que Traille.

Du coup, j'ai changé de stratégie par rapport à Stade 2. J'ai fait le mec ouvert à la discussion, conscient de ses erreurs, prêt à en discuter calmement. J'ai aussi joué la partition de l'homme qui doute: ce qui peut attendrir la ménagère (surtout si je sors mon sourire en coin après) mais qui enrage le passionné de rugby. Ben ouais, imaginez un candidat à la présidentielle au débat d'entre deux tours, on lui demande alors tu vas faire quoi pour la combler la dette, et le mec il répond « Honnêtement ? Je sais pas. ». Y'a peu de chance qu'il soit élu. Heureusement pour moi, c'est pas le peuple qui décide si je dois garder mon job. À la place, c'est deux trois vieux connards de la FFR, qui m'ont pris en 2007 principalement parce que j'ai un gros point commun avec eux: je déteste Guy Novès. Et là, je pense pas qu'ils vont me virer. Ils doivent être trop occupés à jouer au golf où à inventer le « Twickenham français ». Ça me fait penser, faut que je démissionne après la Coupe du Monde 2011, sinon c'est encore moi qui vais décrocher le record de la défaite la plus lourde dans le nouveau stade.

Bref, revenons à l'émission. En gros, on a passé 1h à me dire avec beaucoup de gentillesse et de tact « Dis moi, tes joueurs ils sont nuls non ? Et toi en plus, t'es pas un peu con... ? » Et moi j'ai répondu très poliment et avec humilité « Oui, tu as raison, mais bon c'est difficile d'être coach hein... ». Au final j'ai gagné quoi ? Peut être que maintenant, ceux qui me détestent ont juste pitié de moi. Ouais, c'est pas terrible, mais c'est quand même un progrès. Peut être le premier en 3 ans d'ailleurs, alors bon.

Bon, je suppose que c'est l'heure où l'on se quitte pendant un petit moment, en attendant le début du Tournoi. Je pourrais vous dire « rassurez vous, ça ne peut pas être pire » mais je ne prendrai pas le risque. Ce que je peux vous dire par contre, c'est qu'entre nous, on va mettre les choses à plat pour essayer de repartir du bon pied. Par exemple avec Émile, je lui ai clairement demandé où il voulait en venir avec ses arrières, et il m'a répondu avec beaucoup d'honnêteté « Tu sais, moi j'étais ailier. J'attendais le long de la touche qu'on me fasse un passe, je courais 20m puis je levais les bras. Mais quant à savoir comment la balle arrivait jusqu'à moi, j'en ai pas la moindre idée... ».
Bon, c'est déjà bien de le reconnaître...

Posté par Boucherie_Ovalie à 22:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Tournée(s)

    Ça commence par 'bon' et ça finit par 'bon'. Pourtant ce que j'ai vu sur le terrain côté français c'était pas très bon...

    Posté par Desman, 08 décembre 2010 à 22:53 | | Répondre
  • trop fort

    toujours aussi marrant finalement je crois que cest encore mieux kan la vraie equipe de france prends des toles (c une mince concolation tt de meme)
    j ai bien aime le "papy sous amphe" pour elissalde pere
    allez vivement le tournoi

    Posté par memuselfandi, 12 décembre 2010 à 14:24 | | Répondre
Nouveau commentaire